De la crème solaire même en hiver

Petit retour en arrière… Nous sommes en juin… on se prépare pour l’été. Et qu’est-ce qu’on trouve dans son caddie ? L’indispensable crème solaire bien sûr ! Mais je ne vous dis pas le casse-tête quand, pour ma part, je dois faire un choix face à toutes ces marques, leurs compositions et les différents indices UV. Bref ! Je m’arrache les cheveux, ce qui, je ne vous le cache pas, ne m’aide pas beaucoup ! J’en choisis une, un peu au hasard, avec un indice intermédiaire, en me disant que ça fera bien l’affaire.

Fin août, retour des vacances, au revoir le soleil et la bronzette et bonjour à la déprime, aux jours qui raccourcissent et à la grisaille de l’automne… On a rangé les valises, lavé les serviettes de plage et rangé les produits solaires au fond du placard. On les ressortira l’année prochaine. À quoi bon mettre une protection sous un ciel gris et pluvieux ? Eh bien, détrompez-vous ! Qu’il neige, qu’il pleuve, qu’il vente, on doit se protéger contre les ultraviolets tous les jours de l’année !

Pourquoi ? Un peu de patience et de lecture et vous saurez tout…

Se protéger contre les UVA, c’est toute l’année !

 Si les Japonaises et les Américaines ne sortent jamais sans leurs crèmes blindées d’anti UV, en France, c’est loin d’être le cas ! Et pourtant… Même si le soleil ne frappe plus aussi fort, si la chaleur n’est clairement plus de la partie et que la grisaille de l’automne pointe le bout de son nez, prudence ! En effet, bien que les rayons ultraviolets ou UVB, responsables des coups de soleil, diminuent l’hiver, les UVA, eux, qui ne brûlent pas mais qui abîment la peau et provoquent des taches brunes (entre autres), sont toujours présents.

Petit aparté « mnémotechnique » pour savoir qui est quoi et qui fait quoi car on peut vite faire la confusion. Retenons : A pour Âge et B pour Brûlure.

Les UVA sont donc responsables du vieillissement de la peau et les UVB, des brûlures causées par le soleil. Donc si vous me suivez toujours, tandis que les UVB diminuent avec le soleil qui disparaît, les UVA eux, persistent toute l’année et toute notre vie. Invisibles et indolores, ils sont les plus sournois des deux.

C’est pourquoi, les lunettes de soleil restent également indispensables, surtout si vous avez des yeux sensibles. Eh oui, ils nous suivent partout ces coquins et peuvent même traverser les fenêtres de chez vous ou de votre bureau. Je vous l’accorde, c’est assez incroyable !

Vous l’aurez compris… Une protection semble s’imposer tout au long de l’année.

 

Les dangers d’une mauvaise protection…

Un peu de rayonnement UV réchauffe le corps, et provoque un réel bien-être mais il est surtout indispensable à l’organisme, car il stimule la production de vitamine D. Celle-ci a un rôle important puisqu’elle accroît l’absorption du calcium et du phosphore présents dans les aliments et joue un rôle décisif dans le développement du squelette, la fonction immunitaire et la formation des éléments figurés du sang. Il ne fait aucun doute qu’un peu de lumière solaire est bonne pour la santé mais jamais sans protection et surtout pas une journée entière ! Car le danger nous guette…

En effet, les effets nocifs de l’exposition au rayonnement UV l’emportent malheureusement sur les avantages. Outre les effets à court terme d’une surexposition au soleil, tels que les coups de soleil, insolations, vomissements ou réactions allergiques, les effets à long terme font courir un risque à vie. La surexposition au rayonnement UV a des effets sur la peau, les yeux et probablement le système immunitaire, mais cela n’a pas encore été prouvé.

Ses effets sur la peau :

  • Photosensibilité
  • Augmentation des rides
  • Les cancers cutanés non mélanocytaires
  • Les épithéliomas cutanés basocellulaires. Ils constituent le type de cancer le plus courant
  • Les épithéliomas malpighiens spinocellulaires de la peau. Ils sont la deuxième forme de cancer la plus répandue.
  • Le mélanome malin. Il est le cancer le plus rare mais aussi le plus dangereux. Il peut se présenter sous la forme d’un nouveau grain de beauté ou d’une modification de sa couleur, de sa forme, des dimensions ou de la texture d’une tache de rousseur ou d’un grain de beauté existant. Il a tendance à avoir des contours irréguliers et à être polychrome.

Ses effets sur les yeux :

  • La photokératite et photoconjonctivite
  • La cataracte
  • Le cancer de l’œil

Euh… ça refroidit plutôt tout cela…

Qu’en pensent les dermatologues ?

Les dermatologues, en France, commencent à éduquer la population aux effets du soleil l’hiver et à l’application d’une crème solaire. Déjà, sachez que le nombre de cancers de la peau a fortement augmenté ces dernières années avec cette mode d’être bronzée à tout prix.

Mais pourquoi préconisent-ils un anti UV toute l’année ?  Pour préserver notre peau du vieillissement et surtout pour éviter les cancers cutanés provoqués par les rayons du soleil. En Belgique, par exemple, le nombre de cancers de la peau a augmenté de 350 %, oui vous avez bien lu, en 10 ans. Les preuves, ici.

Et bien sûr, cette protection permet aussi de retarder la perte d’élasticité de notre peau, son épaississement, et l’apparition de toutes les taches brunes que l’on voit souvent sur les mains des personnes qui vieillissent. Donc, pas de doute sur ce sujet, des UVA on se protège toute l’année si on ne veut pas avoir la peau toute fripée à 50 ans (dans le meilleur des cas) !

Mais bien sûr, tout dépend aussi de votre activité ! Quand on pose la question au dermatologue DR Michel Jeanmougin, voici ce qu’il répond : « Je ne vois pas l’intérêt d’utiliser une crème d’indice 50 lorsqu’on part à 8 heures pour le bureau et qu’on rentre chez soi à 18 heures, quand il fait nuit ou presque. » Effectivement, s’enduire de crème si l’on passe 8 heures dans un bureau, c’est très certainement inutile. Mais alors quand est-ce nécessaire ?

Lorsque l’on prévoit de rester exposé 2 heures ou plus, là il faut se protéger des UV, quelle que soit la saison, surtout entre 12 heures et 14 heures, lorsque le soleil est au zénith.

Alors quelle crème l’hiver pour une peau saine et rayonnante ?

Une bonne protection, d’accord mais laquelle ? Parmi toute cette offre de produits cosmétiques et pharmaceutiques, quels choix faire ? Avec un nombre incalculable de marques, comment savoir laquelle choisir ? Comment se retrouver dans la composition de tous ces produits surtout quand ils sont aussi compréhensibles que le chinois ? Comment éviter de passer une journée entière à parcourir les magasins, les sites internet et les pharmacies afin de choisir THE crème qui nous protégera parfaitement ?

En ville, un indice 20 suffit à une exposition de la vie quotidienne à condition que votre crème contienne aussi un indice UVA.

Petit truc pour choisir sa crème : l’indice UVA doit être égal ou supérieur à un tiers de l’indice UVB : Exemple : Pour un SPF 15, l’indice UVA devra être de 5.

Mais, nous sommes tous différents par rapport aux effets du soleil sur notre peau. Pourtant, l’application de cette fameuse crème est la phase indispensable de notre quotidien afin de préserver au mieux notre capital santé. La question n’est pas qu’esthétique, elle est surtout vitale.

La meilleure solution, selon moi, est de demander un diagnostic de notre peau à un professionnel qui vous aidera à faire le choix d’une protection adaptée à votre peau.

Et bien évidemment, même si je n’ai pas abordé le sujet, la crème solaire est incontournable si vous avez la chance d’aller skier… ! Mais cela, j’espère que vous le savez déjà.

Conclusion

Nous l’avons tous bien compris, notre comportement vis-à-vis de l’exposition solaire détermine aujourd’hui les chances que l’on a de présenter un cancer cutané ou une cataracte à l’avenir ! Alors si l’on veut préserver notre capital santé « peau », prudence et surtout protection ! Car si les rayonnements du soleil nous apportent chaleur, bien-être et production de vitamine D, une surexposition à long terme nous apporte plutôt rides, cataracte et parfois mélanomes, ce qui est pour le coup beaucoup moins sympathique !

Alors on adopte une rigueur absolue et on se protège été comme hiver. De l’indice 50 toutes les deux heures minimum l’été, et un indice 20 l’hiver sous son maquillage, dès lors que l’on s’expose au soleil. Et surtout, on prend un rendez-vous chez son dermatologue pour un petit check-up complet !

Charlotte Vallet – Sophrologue et Hypnothérapeute à Paris

 

Be the first to write a comment.

Leave a Reply