Une cure sans laitages pour l'automne

Le lait ! Oulala… On aura tout entendu sur le lait. Souvenez-vous : « Les produits laitiers sont nos amis pour la vie ! » Qui ne se souvient pas de ce slogan diffusé en boucle à partir des années quatre-vingt-dix ?

Et pour les trentenaires, comme moi…, ce sont les bony boys, ces petits squelettes qui ont fait leur apparition ! Le nouveau message ? « Consommer trois produits laitiers par jour ».

Les vertus du lait font partie de notre éducation : « bois du lait sinon tu ne grandiras pas ! »

Pourtant en 2007, le discours change un peu. Thierry Soucarr, un journaliste publie un livre polémique : « Lait, mensonges et propagande ». Il y dénonce alors les effets nocifs du lait et surtout le lobby de l’industrie laitière capable de tout pour vendre ses produits. Le consommateur étant devenu une véritable vache à lait !

Alors qu’en est-il ? Je n’ai bien sûr pas la prétention de vous faire une leçon ! Cet article a pour but de faire un petit point et d’en tirer quelques leçons.

Le lait est incontestablement nécessaire notamment aux enfants

Le lait est une véritable source de calcium et de protéines. Et le calcium est indispensable, entre autres, à la minéralisation des os et des dents. Le lait (et plus spécifiquement le calcium) est donc en effet nécessaire à la croissance, et donc même si le lait ne fait pas grandir, le calcium qu’il contient est essentiel à la croissance. Il contient également des vitamines A, B et D.

Par ailleurs, les nourrissons supportent très bien le lactose, contrairement aux adultes comme nous le verrons plus bas.

On rapporte aussi que le lait participe à la prévention de l’ostéoporose, de certaines maladies cardiovasculaires, du cancer du côlon… Mais, ça, est-ce vrai ?

Mais pourquoi alors la consommation de lait est-elle remise en question ?

Tout simplement, car de nombreuses études ont démontré que les bienfaits du lait n’étaient pas si probants, voire même devaient être remis en question.

Quelques faits

Une étude, dont les résultats ont été publiés dans le British Medical Journal, a été réalisée sur près de 62 000 femmes entre 1987 et 1990. L’état de santé de ces femmes a été surveillé pendant 20 ans. Voici les conclusions :

  • Les femmes buvant plus de trois verres de lait par jour (700 ml) ont présenté un risque de décès 90 % plus élevéet un risque de fracture de la hanche 60 % plus élevé par rapport à celles qui boivent moins d’un verre par jour.

Voilà de quoi s’interroger !

D’autres études ont également démontré qu’une consommation trop importante de lait favorisait l’apparition de diabète de type 1.

Et surtout, l’un des problèmes majeurs concernant le lait est l’intolérance au lactose. Cette intolérance se manifeste surtout chez les adolescents et les adultes par des maux de ventre, des ballonnements et des diarrhées. Elle est due au fait que l’intestin ne produit pas assez de lactases, une enzyme qui digère le lactose.

Et il y a d’autres problèmes… liés aux hormones. Je vous en parle plus bas.

Alors, doit-on arrêter de consommer du lait et des produits laitiers ?

La réponse est non s’il s’agit d’arrêter tous les produits de façon indéterminée. Car quels que soient les produits, ils contiennent d’autres éléments nécessaires à notre organisme.

Aussi, dans le cas d’un régime strict sans aucun produit laitier, il faut compenser avec des compléments alimentaires ou d’autres aliments.

Cependant, arrêter la consommation de lait pendant quelques jours, sous la forme d’une cure, peut faire un bien fou ! Voyons cela. Mais tout d’abord, où trouve-t-on du lait ?

Ou trouve-t-on du lait ?

 

Lorsque l’on parle lait, il s’agit bien sûr du lait à proprement parler mais aussi de tous les produits dérivés :

–       Le beurre

–       La crème fraîche

–       Les desserts : fromages blancs, cake, crêpe, pâtisserie.

–       Les fromages

–       Les sauces à base lait, style la sauce béchamel

–       Les chocolats

–       Certaines charcuteries

–       Etc.

Le plus simple est de consulter les étiquettes, mais il y en a dans beaucoup de produits.

Quels sont donc les effets bénéfiques d’une cure sans produits laitiers ?

Réduire la consommation de produits à base de lait peut faire dégonfler votre ventre

On connaît toutes cela ! On se lève le ventre gonflé, et pire, il ne dégonfle pas de la journée. Certains se demandent même si vous n’êtes pas enceinte. NON ! Je ne suis pas enceinte. C’est tout simplement que votre intestin n’a pas suffisamment de lactases, la molécule dont je parlais plus haut et qu’il n’élimine pas correctement le lactose. Résultat : On enfle !

65 % des individus digèrent mal le lait d’après la « National Library of Medicine ». En arrêtant le lait et les produits laitiers quelques jours vous dégonflerez et vous vous sentirez nettement moins ballonnée.

Réduire la consommation de produits à base de lait améliore la qualité de la peau

Le lait de vache contient beaucoup d’hormones qui vont venir s’ajouter aux nôtres. Ce qui induit une surproduction de sébum. Ce sébum obstrue les pores et rend la peau brillante. Et avec comme petits cadeaux supplémentaires de jolis petits boutons !

Réduire la consommation de produits à base de lait peut réduire les sautes d’humeur

Là encore, c’est une question d’hormones ! Le lait de vache contient des taux de progestérones et d’œstrogènes très importants. Une fois encore, ajoutées aux vôtres, le corps ou plutôt le cerveau peut réagir en faisant varier votre humeur. Diminuer ou arrêter les produits laitiers peut vous rendre d’humeur plus stable.

Réduire la consommation de fromage peut diminuer les maux de tête

Les fromages contiennent, outre le lait, un composé : la tyramine. Cette molécule organique est à l’origine de migraines. Aussi si vous êtes de nature migraineuse, limiter votre consommation de fromage ne peut que vous faire du bien.

Mais, attention, si vous n’êtes pas sujet aux migraines, le fromage contient de la vitamine B2. Et la carence en vitamine B2 entraîne des migraines. Il s’agira alors de compenser en favorisant des aliments riches en vitamine B2 : les œufs, le poisson et la viande, des amandes, des champignons ou encore certaines céréales enrichies en vitamine B2.

C’est aussi l’occasion de diminuer ses apports en calories : la balance vous remerciera

Je vous ai cité plus haut les produits contenant du lait… Avouez que ce ne sont pas des produits très plébiscités en cas de régime. En effet, ils sont tous très caloriques et riches en graisses saturées. Ils sont aussi riches en sucre, provoquant un pic d’insuline laquelle est censée réduire le taux de sucre dans le sang, mais qui active en même temps le stockage des graisses. Et dans le même temps, on peut ressentir une baisse d’énergie et une sensation de faim.

Contrairement aux idées reçues, consommer trop de produits laitiers augmente les problèmes d’ostéoporose

Oui, nous n’en sommes pas là ! Mais pensons-y ! Ce n’est pas moi qui le dis : c’est le cancérologue Henri Joyeux. Il certifie que la consommation de trop de produits laitiers induit une fragilité osseuse. Pour lui, le lait et les produits laitiers, apportent des hormones de croissance inadaptées à notre organisme. Je le cite « Lorsqu’un aliment laitier est ingéré, l’organisme utilise uniquement 40 % de calcium venant d’un produit d’origine animale. Ainsi, les 60 % restant s’installent donc dans les articulations, ce qui peut engendrer l’ostéoporose. La Suède, l’un des premiers consommateurs de lait, est le pays où ses habitants sont les plus touchés par les problèmes d’ostéoporose. »

Quels sont les effets « moins bénéfiques » d’une carence en produits laitiers ?

Je ne peux conclure cet article sans vous présenter également les dangers d’une cure trop longue sans produits laitiers. Ce ne serait pas sérieux. Aussi si vous entamez une cure sans produits laitiers, soyez vigilant quant à certaines carences.

Ne pas négliger la carence en vitamines B12

La vitamine B12 est essentielle à notre système immunitaire. Une carence en vitamine B12 empêche notre système immunitaire de jouer son rôle et nous sommes alors beaucoup plus faibles et sujets aux maladies qu’il ne peut plus combattre. Il est donc essentiel en cas de cure prolongée sans produits laitiers de consulter un médecin pour se faire prescrire de la vitamine B12.

Ne pas négliger la carence en calcium et en vitamine D qui le fixe

Même si le lait que nous consommons aujourd’hui n’en contient presque plus, le calcium demeure un nutriment important. Comme précédemment, il est essentiel d’en parler à un professionnel, comme un nutritionniste, par exemple. Et de compenser, par exemple, avec des aliments tels que les sardines, les amandes, les épinards, le cresson, les brocolis, le thym et certaines eaux minérales…

Ne pas négliger la carence en protéines

Les produits laitiers sont aussi une source de protéines, qui elles aussi sont indispensables pour notre équilibre et notre masse musculaire. Remplacez alors les produits laitiers par d’autres aliments sources de protéines : soja, morue, œufs, thon, agneau, lentilles…

Que retenir ?

Eh bien qu’il faut être prudent. Et ce, dans tous les sens. Trop, ce n’est pas bon, Pas assez ce n’est pas bon non plus. En tout cas, une chose est sûre, attention aux publicités. Avec le lait, tout semblait magique. Or c’est archi faux !

Le meilleur comportement est donc, comme pour beaucoup de choses dans la vie, de trouver le juste milieu. Soit on réduit sa consommation, soit on fait des cures « SANS » pendant 4 ou 5 jours maximum pour se « nettoyer ». Et on s’informe sur les effets pervers. Mais on ne tombe dans aucun excès !

Charlotte Vallet – Sophrologue et Hypnothérapeute à Paris

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Be the first to write a comment.

Leave a Reply