Je ne sais pas pour vous, mais pour ma part, on me pose souvent la question « que fais-tu comme métier ? » ou« que fais-tu dans la vie ? ». Déjà lorsque nous sommes enfants, combien de fois avons-nous entendu : « que veux-tu faire EXACTEMENT comme métier plus tard ? »

Et lors de ces moments-là, on attend de nous une réponse qui correspond à un métier précis, de façon à rentrer dans une case à tout prix, du genre : avocat – vendeur – dentiste – commercial – organisateur de mariages …

Mais finalement, lorsque l’on y réfléchit, est-ce que cela correspond vraiment à ce que nous faisons ?  Et si, pour être plus en accord avec nous-même, nous choisissions un verbe plutôt qu’un métier ?

Choisir un verbe pourrait alors englober plusieurs métiers : par exemple « aider » « convaincre » « défendre » « écrire » … « créer », « générer de la joie » …

Cela permettrait à tout un chacun d’être heureux, en faisant différentes activités tout au long de sa vie.  Surtout qu’une vie de travail, c’est aussi très très longgggg (et cela risque de l’être encore plus)… et c’est très très long aussi, lorsque l’on doit se contenter de reproduire chaque jour les mêmes actions.

Choisis ton verbe

Attribuez-moi un verbe, s’il vous plaît !

S’attribuer un verbe permettrait, en tout cas, d’être plus en phase avec sa génération.  Car, pour ce qui concerne ma génération, c’est à dire la génération Y, mais aussi la génération Z, nous serons amenés à changer de métier ou d’univers de travail au moins 5 fois au cours de notre vie. Du moins, c’est ce que prédisent les études sociologiques publiées sur ce sujet.

Cela ne signifierait-il pas que la nouvelle génération est plus en adéquation avec elle-même, et avec plus d’assouvissement de ses envies parfois impulsives à un instant T ?

Pour me situer, j’ai 28 ans, aujourd’hui, et je fais donc partie de la génération Y. Cette  » nouvelle  » génération est souvent montrée du doigt par les anciens. Et pourtant, elle a quelques qualités :  un goût du risque accentué et une grande capacité à entreprendre, car elle s’écoute pleinement.

 

Y et Z, qui sont-ils ?

La génération Y représente les personnes nées entre 1980 et 1995, années de l’émergence d’internet. Dans certains articles, elle est dénommée « la génération sacrifiée » car de nombreux individus de cette génération sont arrivés sur le marché du travail en pleine crise… avec donc beaucoup de difficultés à trouver un travail et à fonder une famille.

C’est l’une des raisons qui explique que cette génération est dotée de grandes qualités comme la capacité de s’adapter très facilement au changement, d’être souvent très autonome et indépendante, et d’avoir une grande ouverture d’esprit.

Mais pour en revenir au sujet de cet article, il est vrai que le faible engagement collectif de cette génération, ainsi que le sens minime de la hiérarchie et l’instabilité qui règne, engendrent souvent des problèmes au travail.

Il faut aussi évoquer la génération Z, car c’est LA nouvelle génération qui déboule à toute vitesse sur le marché du travail. Ce sont les personnes qui sont nées après 1995, et qui sont encore plus ouvertes sur le monde que celles de la génération précédente.

Souvent, les jeunes d’aujourd’hui souhaitent partir vivre et travailler à l’étranger  alors que la génération X (celle de nos parents) rêvait l’inverse : Évoluer dans une entreprise et une seule, et dans leur pays d’origine.

Vous entendrez parler de la génération Y très souvent dans les années à venir. Ce sont eux qui ont cassé les codes et le conformisme, notamment au sujet du travail. Et avec eux, le monde du travail et la notion de travail ne feront qu’évoluer dans le futur. Ils sont multi-identitaires (d’où l’importance de cet article), débrouillards, et pour eux les études ne sont plus aussi importantes par rapport aux expériences de vie ou à la personnalité.

En l’occurrence, ils sont aussi très impatients, exigeants, dispersés et défient souvent l’autorité actuelle.

Les individus de ces générations (près de 50 %) revendiquent le fait de pouvoir et de vouloir travailler pour eux.

Pour toutes ces raisons et compte tenu des caractéristiques bien particulières de ces deux nouvelles générations, il deviendra essentiel de percevoir différemment le monde du travail. Car ces nouvelles générations souhaitent que le travail soit un PLAISIR et non plus UNE CONTRAINTE ALIMENTAIRE.

Voici quelques exemples de verbes qui peuvent correspondre à certains et qui rentrent dans des catégories de métiers.

Choisis ton verbe

AIDER

« AIDER »,  c’est le nouveau mot à la mode, certes, mais il correspond à beaucoup d’entre nous. Ce qui prouve que cette nouvelle génération n’est pas si individualiste que l’on veut nous le faire croire. Elle est également tournée vers autrui.

Vouloir aider, c’est vaste, je vous l’accorde. Et, à la fois si cela fait partie de votre inspiration première, vous pouvez très bien être :

  • Moniteur / éducateur
  • Chirurgien
  • Maitre-nageur
  • Ophtalmologue
  • Sage-Femme
  • Dermatologue
  • Coach de vie

CONVAINCRE

  • Attaché de presse
  • Avocat
  • Chargé d’études
  • Chargé de mission patrimonial
  • Consultant CEO
  • Courtier en assurances
  • Écrivain
  • Hôtesse d’accueil

CONSEILLER

  • Agent des gares
  • Coach professionnel
  • Développeur humanitaire urbain
  • Écrivain public
  • Média-planneur
  • Éducateur canine
  • Vendeur

CRÉER

  • Architecte intérieur
  • Créateur ou designer textile
  • Dessinateur
  • Peintre
  • Photographe
  • Décorateur
  • Désigner industriel

INSTRUIRE

  • Professeur des écoles
  • Coach sportif
  • Professeur de langues
  • Chef d’équipe /finances, marketing …

ORGANISER

  • Animateur club de vacances
  • Bagagiste tractoriste
  • Chef de rayon
  • Directeur d’hôtel
  • Rédacteur en chef
  • Directeur de magasin
  • Wedding planner
  • Chef de projet web

Pour trouver son verbe, ce qui est important, c’est d’être en mesure de répondre à ces deux questions :  « pourquoi ? » je fais tel ou tel métier, et « qu’est ce qui me motive ? »

Ainsi, et tout en respectant votre verbe et celui qui vous anime le plus (vous pouvez en avoir deux, nous sommes bien d’accord), vous pouvez, dans une même vie, être à la fois agent des gares et éducateur canin, ou encore peintre et photographe, ou encore avocat et attaché de presse à la fois.

Mettre du sens à sa vie… mais pourquoi ?

Il est compliqué d’avancer dans sa vie professionnelle comme personnelle sans but précis et sans trouver un sens à ses journées. Tout simplement parce que si l’on n’a pas de but, le réveil se montrera d’autant plus rude, et qu’il y aura forcément des répercussions sur votre état mental/physique et votre lien avec autrui.

C’est la raison pour laquelle il faut toujours faire quelque chose qui nous anime et qui nous transcende. C’est aussi une façon de trouver le sommeil avec plus d’apaisement le soir en rentrant du « travail ».

C’est d’ailleurs souvent lors d’une circonstance grave (un décès, une maladie, une rupture) que l’on prend conscience de l’essentiel de notre quotidien, et que notre travail ne répond aucunement à cet essentiel.

Pour trouver votre essentiel, ou plus communément appelé votre  » passion « , il faut vous demander quel est le verbe qui vous anime le plus, et cela vous aidera à trouver votre métier.

TROUVEZ VOS MISSIONS DE VIE ET VOTRE UTILITÉ SUR TERRE. DÉTACHEZ-VOUS DE L’ASPECT MATERIEL ET DEVELOPPEZ SANS CESSE VOS QUALITÉS DE COEUR. 

Laissez entrer dans votre vie la générosité, l’amour, la compassion ou encore la gratitude. Cela vous aidera à vous trouver, et entrer en parfaite adéquation avec ce que vous voulez vraiment dans la vie.

Il ne faut jamais que la motivation de votre métier soit matérielle car vous deviendrez esclave de ce matériel et passerez à côté de nombreuses opportunités de vie.

À très bientôt !

Charlotte Vallet

Sophrologue et Hypnothérapeute à Paris et proche banlieue 

Choisis ton verbe

Feedback

2 thoughts on “Choisis ton verbe et non pas ton métier !

  1. Tu as tout résumé! Bravo!

Leave a Reply