Ce matin, je me suis réveillée en sueur, et très fatiguée. J’avais pourtant bien dormi. Et j’en avais besoin.

J’avais fait l’effort de me coucher relativement plus tôt que d’habitude. J’avais retiré de mon lit tous les objets superflus. En effet, il m’arrive de laisser traîner des livres et des crèmes un peu partout autour de moi, ce qui n’est pas des plus judicieux, car c’est le meilleur moyen de se réveiller quand on les sent sous son corps pendant son sommeil.

Je n’ai fait aucun cauchemar, ni rêves trop marquants, en tout cas, je ne m’en souviens pas.

Auparavant je notais sur un cahier l’intégralité de mes rêves et cauchemars de façon à pouvoir analyser mon subconscient. J’ai arrêté de le faire, car être sans cesse dans l’analyse m’épuisait aussi. Déjà que je réfléchis énormément, lâcher prise de temps en temps fait un bien fou.

Tout ce dont je me souviens, c’est que, dès mon réveil, j’ai éprouvé une fatigue importante, accompagnée d’un petit stress qui m’a encombré l’esprit.

Je me suis alors lancé le défi de réussir à être moins stressée pour l’heure de midi, une heure que j’affectionne particulièrement car c’est celle du déjeuner (défi irrationnel, je vous l’accorde mais qui fait du bien).

Tout d’abord, je me suis assise. Et je me suis demandé pourquoi j’étais si angoissée ? Je ne suis pas d’une nature stressée, voire pas du tout.

Et finalement, j’en ai déduit que si croire au culte du bonheur pouvait être positif, le fait de ne jamais se laisser aller dans le côté obscur de ses émotions pouvait être plutôt néfaste. Je fais en effet partie de ces personnes qui veulent tout contrôler, et qui sont anti-procrastination, anti-faiblesses, anti-vulnérabilité, anti-plaintes…

Et pourtant, paradoxalement, je suis une femme très vulnérable et très sensible, selon les dires de mon entourage.

Mais dans ce monde parfois violent, il est difficile de le montrer. C’est pourquoi, je me suis mis une barrière de protection énorme, sur laquelle j’essaie de travailler constamment.

L’année 2019 ne serait-elle pas celle de l’évolution ?

Ce qui est certain, c’est que je fais également partie des individus qui sont sans cesse dans la recherche de solutions. Et ce matin, face à mon problème, j’en ai cherché, et j’en ai trouvé !

Le stress, c’est quoi ?

Le stress, c’est ce sentiment étrange et à la fois intense que l’on ressent dans tout le corps et dans tout le cerveau, dans un moment complexe de sa vie ou face à une situation nouvelle pour laquelle on n’a pas de solutions. Ce qui arrive souvent puisque la vie est souvent faite de surprises… bonnes ou mauvaises…

Lorsque l’on stresse, tout le corps se contracte, et des douleurs dans le bas du dos se font sentir.

Les pensées nous traversent à plus de 100 km à l’heure et se démultiplient. Il n’y a alors plus aucune place pour la relaxation, et nous en oublions même de respirer. Ce qui est fondamental.

Pendant ces moments d’angoisse, on se sent souvent vulnérable, fatigué et au bout de sa vie.

On perd toute objectivité, toute raison. L’impulsivité nous domine et prend le dessus sur tout le reste.

Souvent, lors de ces moments, tout et tout le monde nous agacent. Le monde devient sombre et triste.

Pourquoi tant de dureté envers soi-même ?

Mes 10 astuces anti-stress

  • Ecrire son mantra sur le miroir

Il s’agit d’une formule sacrée dotée d’un pouvoir spirituel. Une formule qui vous représente de façon positive. Ensuite, il faut que la visualisiez. Le plus pratique est de se préparer ou de se maquiller devant son miroir et regarder avec insistance son mantra.

Pour ma part, mon mantra est écrit sur un papier.  » je suis exceptionnelle « . Je l’ai coincé dans les recoins du miroir. À vrai dire, c’est mon ancien petit ami qui m’avait écrit cela afin que je m’en souvienne chaque matin.

Et franchement, croyez-moi, ça marche.

  • Respirer doucement avec le ventre

Un autre moyen consiste à respirer lentement avec le ventre. Quelques minutes suffisent à retrouver un peu de paix.

Pensez aussi à vous parler à la 3e personne du singulier. Vous vous attribuez un petit surnom (du type « Magic Charlotte », « Super Justine », « Incroyable Carla »), et vous discutez avec votre personnage imaginaire. Vous réfléchissez ensemble à une solution dans le calme, en vous accordant une belle douche de bienveillance envers vous-même.

  • Ecouter de la musique qui vous détend

Ecouter de la musique permet de s’épargner le surplus de bruit qui nous entoure, et qui en général amplifie nos contrariétés. Le fait d’écouter de la musique qui nous ressemble, c’est aussi une façon d’être dans son monde. Quand je suis angoissée, j’aime écouter de la musique un peu « hippie ». Et, ce n’est pas qu’un effet de mode. Voici mes tubes préférés :

  • Radio solo – Njomza Remix- Hippie Sabotage
  • OM – Hippie Sabotage
  • Lights Out – Hippie Sabotage
  • Caught Up – Hippie Sabotage
  • I Found You – Hippie Sabotage

Musique

  • Ecouter des podcasts notamment les  » Paumé-e-s « 

Ils retracent les parcours un peu atypiques de personnes qui souhaitent faire des choses tout aussi atypiques. Pour ma part, je me suis reconnue à 100 % dans ces profils.

Typiquement, Sarah, qui a quitté la pub pour fabriquer des pots, ou encore Alice, qui veut partir caresser des loutres au Mexique… Toutes ces femmes souhaitent se reconvertir ou faire autre chose mais ne savent pas par où commencer. Ça fait du bien ! Car c’est léger, et à la fois tellement représentatif de cette nouvelle génération que nous représentons.

Podcast Paumées

  • Se détendre dans un Starbucks

Alors oui oui ! Je sais.

Starbucks sert du mauvais café, ne traite pas ses employés comme il le faudrait, et est une entreprise américaine qui représente, par excellence, le Capitalisme. Et alors ?

J’y vais quand même.

Il y a toujours beaucoup de gens qui adorent vous culpabiliser sur le sujet, surtout lorsque vous avez choisi une voix professionnelle en lien avec le bien-être. Mais, en général, je ne me laisse pas influencer, car j’ai mon avis sur la question.

Et ce qui est certain, c’est que j’ai fait de ce lieu, mon QG pour travailler. Quand je suis dans un Starbucks, je me sens bien. La décoration, le bois, les couleurs, la chaleur humaine… c’est un lieu de rencontres professionnelles, notamment de gens seuls, qui n’a pas son pareil. Il y a un dynamisme que je ne vois nulle part ailleurs.

  • Ecrire pour exister

L’écriture est un excellent exutoire, et c’est prouvé. Tout comme le sport, ou encore le sommeil.

Pour ma part, j’y ai trouvé beaucoup de réconfort. Avant même de tenir ce blog, sur lequel je tente de donner un maximum de conseils, j’écrivais surtout pour moi. J’avais mon petit cahier, avec une citation écrite sur la première page, et j’écrivais tout ce qui me passait par la tête.

C’est une sacrée thérapie, et cela permet surtout d’évacuer les mauvaises émotions qui sont en vous.

Je suis d'avis que pour donner le goût d'écrire à nos élèves, c'est essentiel de les faire écrire souvent et sur des sujets signifiants.  Et...

  • Apprendre à être seul(e)s

Aujourd’hui, nous sommes souvent dépassés par les événements et nous recevons un trop plein d’informations. Des dizaines à la minute. D’ailleurs, nous sommes en droit de nous interroger : toute information est-elle bonne à prendre ? (je ferai un article sous peu sur ce sujet).

Ce qui est certain, c’est que pour se sortir de là, il est important de savoir apprécier d’être seul(e), et de se concentrer sur qui nous sommes. Non pas sur « ce que nous faisons » mais sur « qui nous sommes ». Nous l’oublions bien trop souvent.

Vous pouvez rester seul(e)s dans le calme, ou aller au cinéma, ou encore lire. Tout est bon à prendre.

Il existe de nombreuses activités que vous pouvez faire seul(e).  Si vous êtes intéressée, je vous invite à lire mon article intitulé  « Hiver, je t’aime et je t’accepte« .

  • Courir en groupe

A contrario, vous pouvez aussi rechercher de la présence, et aller courir en groupe. Avec des amis, ou alors avec des groupes d’entraînement. Nike et Adidas en organisaient chaque semaine.

Je ne suis pas une grande fan de course, mis à part par pur challenge personnel, mais je dois reconnaître que c’est l’un des sports qui défoule le plus.

  • Manger quelque chose que vous vous interdisez habituellement

Gâteau au chocolat, tarte aux fraises, chausson au Nutella … Toutes ces merveilles ne sont, en effet, pas vraiment géniales si vous les consommez quotidiennement. Mais de temps en temps, qu’est ce que ça fait du bien !

Un petit moment de « down » ? Alors, on n’hésite pas à se jeter sur son dessert préféré. Il n’y a pas de mal à se faire plaisir !!

Fraisier

  • S’évader dans un endroit calme et méconnu

Maison de campagne, montagne, plage … Peu importe, mais il est important de s’évader pour se couper de son quotidien quand on ne se sent pas très bien.

Sinon, on a du mal à prendre le recul suffisant pour faire face aux difficultés du moment. Pire, on risque même de les amplifier.

Ce qui est sympa, c’est que même lorsque l’on habite Paris, il existe de nombreux plans pour aller se balader en forêt.

  • La sophrologie ou l’hypnose (un petit dernier pour la route)

Je pratique la sophrologie depuis peu.

La sophrologie repose sur des techniques de respiration et de visualisation positive.

Je me forme actuellement à l’hypnose. D’ici quelques semaines, je pourrai aussi bien pratiquer la sophrologie que l’hypnose. L’une et l’autre sont excellentes pour lutter contre le stress, l’impatience, le manque de confiance en soi, les insomnies…

Conclusion

Le stress se combat. Il suffit (façon de parler) de prendre conscience de son état et de se dire : attention… fais quelque chose. Et ne pas se laisser envahir.

Ensuite, il faut croire en soi, vivre avec de l’espoir et penser de façon positive, sans pour autant frôler la naïveté…

Un livre qui m’a beaucoup aidée est le livre intitulé :  Le Secret de Rhonda Byrnes.  Il aide à aller de l’avant, à croire en soi, en son potentiel et en ses différents projets. Si vous ne l’avez pas encore lu, je vous le conseille vivement !

À très bientôt !

Charlotte Vallet

Sophrologue et Hypnothérapeute à Paris et proche banlieue 

Be the first to write a comment.

Leave a Reply